IMG_4512 101-0112_IMG_2Chez le chien La prolifération excessive de demodex engendre une dermatite localisée (plaques sans poils le plus souvent au niveau de la face ou des pieds) ou généralisée (forme locale s’étendant peu à peu). Des complications infectieuses bactériennes aggravent très fréquemment le tableau clinique de la démodécie. Le diagnostic de démodécie se fait par raclage cutané profond, épilation ou cytologie de pustule (si présente). Un « test thérapeutique » (traiter comme si, sans avoir de certitude de l’existence de démodécie) ne doit pas être envisagé. Le pronostic de guérison de la démodécie est aujourd’hui excellent grâce au développement de nouveaux médicaments puissants et bien tolérés. Des intolérances médicamenteuses individuelles ou raciales (Colley, Bobtail,Berger suisse…) peuvent exister. Des tests existent cependant pour déterminer l’existence de cette sensibilité. Le pronostic de la démodécie varie en fonction de la forme observée. Les démodécies juvéniles sont de meilleur pronostic que les formes d’adultes. Dans 90% des cas, les formes localisées évoluent favorablement en 6 à 8 semaines en l’absence de tout traitement. 10% d’entre elles se généralisent. Dans les formes généralisées, 30 à 50% pourraient guérir spontanément. Les formes surinfectées et podales sont quelques fois plus récalcitrantes aux traitements.
Le traitement de la démodécie repose sur l’élimination des parasites (par acaricides), sur la lutte contre les surinfections bactériennes secondaires (antibiotiques, topiques antiseptiques) et la restauration d’un bon état général (utilisation de shampooings, alimentation de qualité, vermifugation…). Ce traitement est souvent long (de 1 à 6 mois) mais très efficace (si le traitement est bien mené, le taux de récidive est très faible, de 1 à 3%).
02 02'
Avant et après 4 mois de traitement.
01 01'
Avant et après 3 mois de traitement.
Chez le chat, on distingue 2 types de demodex : - Le Demodex cati qui vit dans les follicules pileux. - Le Demodex gatoi qui vit dans les couches superficielles de la peau (stratum coneum). La démodécie à Demodex Cati est associée à une dépression de l’immunité et/ou à la présence d’une maladie générale (virale : FeLV / FIV, hormonale : hyperadrénocorticisme, diabètes sucré, parasitaire : toxoplasmose ou cancer). Les symptômes cutanés sont le plus souvent localisés (essentiellement la tête). Les formes généralisées sont très rares. Les lésions consistent en des pertes de poils, des plaques enflammées ou croûteuses. Les démangeaisons (prurit)sont rares Dan la démodécie à demodex Gatoi , du prurit et des plaques sanguinolentes sont fréquemment observées. La démodécie à d. Gatoï peut facilement être confondue avec une dermatites allergiques. D. Gatoï s’observe quelques fois dans des colonies de chats. Ce parasite pourrait donc être contagieux (des porteurs asymptomatiques pourraient exister) Le diagnostic de démodécie féline se fait par les raclages cutanés et/ou épilation. Les demodex félins sont plus difficiles à observer que ceux chez le chien car ils sont souvent moins nombreux et bien plus transparents. Les traitements sont plus difficiles que chez le chien et le pronostic est plus variable.
101-0130_IMG 101-0101_IMG
----------------Demodex cati----------------------------------Demodex gatoi----------------